COLLECTIF DU CHÊNE-VERT

CCV CCV

Un arboretum, une tempête, des internautes...

Récits d'une découverte

Quand les membres du CCV découvraient l'Arboretum


le retour, Valérie, Creuse - 27/03/2000

D'abord, il n'est pas 12.33h comme c'est écrit au-dessus du message,mais bien 22.44h, pensez bien que j'ai pris mon temps à Chabanais. Après ce long voyage, je n'avais qu'une peur, que Magali ait vidé le tonneau de bière, mais non, elle m'en avait laissé généreusement une pinte. Enfin, après le passage des 3 tornades, l'arboretum n'a pas souffert, mais Jean Louis, j'sais pas, j'l'ai trouvé un peu raplapla... ouf ! il a eu chaud ! aucune des 3 filles n'a ramené de bouquets de camélia (pourtant, il y en a un bien rouge qui le méritait).
J'avais pris un calepin pour vous faire un rapport latin sur les arbustes fleuris, sachant que je ne peux mémoriser qu'un nouveau mot par jour, et encore en éliminant celui de la veille. Mais zut, le nez en l'air, j'ai aussi oublié de noter.
Me rappelle parfaitement la floraison discrète rougeâtre d'un érable, celle parfumée d'un heterophyllus pis après psssutt, je retrouverai ces noms perdus dans les livres...
Maurice L. : parlons-en ! Je n'ai pas vu la commande pour l'arboretum, donc, causons de la mienne. Cet homme est un malhonnête ! J'ai réglé la note confiante, d'après la facture sans vérifier les plantes. Une liste de noms, quelques prix en face, mais pas tous.
Bon, qu'il manquât des plantes n'était pas étonnant en soi. En partant, l'horrible bonhomme m'a même fait cadeau d'une pivoine (dont je vais m'empresser de chercher une illustration). Au chargement, dans le coffre, il me semblait bien que le volume occupé n'était pas proportionnel au débit de mon compte bancaire. Et au déchargement, pour en avoir le cœur net, j'ai compté.
Ce jardinier, Mesdames, Messieurs ne sait pas compter ! et a une marge d'erreur indécente. Je ne saurais trop vous conseiller de vérifier, le jour où vous lui achèterez plus de deux plantes, qu'il n'en omette pas. Me voici redevable, et gênée à en faire l'autruche ! d'ailleurs, j'y vais.
Bonne nuit
Retour en haut de page