COLLECTIF DU CHÊNE-VERT

CCV CCV

Un arboretum, une tempête, des internautes...

Les Journées du Chêne-Vert

Les fêtes du Chêne-Vert : Journées et autres fêtes

Journée de mai 2008 : les insectes jardiniers par Laurent Chabrol spécialiste des coléoptères, professeur à l'Université de Limoges et membre de la Société Entomologique du Limousin (3 mai 2008)

Pour la huitième année consécutive les membres du Collectif du Chêne-Vert, association épaulant l'Arboretum du même nom situé à Chabanais, se sont retrouvés pour un week-end à la fois ludique et studieux et beaucoup de bonnes surprises.

Le samedi matin la bourse d'échanges de plantes, organisée et ouverte à tous gratuitement a permis à des amateurs et des passionnés d'échanger des plantes, dont certaines sont venues des quatre coins de France, d'autres directement de l'arboretum. Les membres de l'association mettent toujours beaucoup de cœur à son organisation et sont toujours prêts à répondre à toutes les questions concernant les emplacements selon les régions, les soins à apporter et les associations à faire au jardin.

C'est au cours du repas pris en commun avec les visiteurs que le Collectif a offert à l'arboretum les nouvelles affiches du lieu et un exemplaire à l'auteur du dessin, Thomas Duranteau. Ce jeune artiste, aussi poète, est un passionné de bandes dessinées et commence à percer dans ce monde très particulier. Son coup de patte remarquable n'avait pas échappé au Collectif. Son affiche, libre interprétation du site, interpelle le visiteur et donne à réfléchir sur la parité homme-nature.

À 14h30, Laurent Chabrol, professeur à l'Université de Limoges et membre de la Société Entomologique du Limousin a commencé sa conférence autour des haies bordant le chemin d’entrée.

Laurent Chabrol est un spécialiste des coléoptères (cétoine, carabe et autres cerfs volants) et des dermaptères (forficules ou perce oreille ; 1300 espèces dont peut-être une trentaine dans l'Arboretum).
Après avoir expliqué devant un auditoire d'une quarantaine de personnes de quels accessoires il allait se servir et comment il s'en servait (un filet à papillons ? un parapluie ?, etc.) sans dommage pour l'insecte, la visite a commencé, au gré des différents biotopes de l'arboretum : clairières, berges, souches, écorces d'arbres morts (les troncs creux de vieux arbres encore absent de ce jeune jardin) ou-et vivants et plantes d'hébergements spécifiques.

Tout au long de l'après-midi, musique et sons ont accompagné la visite : Loïc n'est jamais à court d'idées.

Au retour, un rafraîchissement a permis aux visiteurs de poser de nombreuses questions auxquelles le spécialiste a répondu avec beaucoup de professionnalisme et de simplicité.

En images

Les albums s'ouvriront dans un nouvel onglet de votre navigateur

Retour en haut de page