COLLECTIF DU CHÊNE-VERT

CCV CCV

Un arboretum, une tempête, des internautes...

Les Journées du Chêne-Vert

Les fêtes du Chêne-Vert : Journées et autres fêtes


Journée de mai 2006 : sauvages limousines, par Askolds Vilks, docteur ès sciences de l'université de Limoges (27 mai 2006)

Une fois de plus nous nous sommes retrouvés un week-end particulièrement beau et ensoleillé pour parler cette fois ci des plantes sauvages.

Le thème retenu cette année avait de quoi inquiéter plus d'un jardinier soucieux de la sacro-sainte propreté ! Nous abordions effectivement le thème de ces herbes que l'on dit souvent « mauvaises » (il n'y a pas d'herbe mauvaise à peine quelques-unes sont-elles indésirables).
C'est à Askild Wilks, invité pour cette journée, qu'est revenue la tâche de réhabiliter auprès des jardiniers amateurs ces plantes, le plus souvent spontanées.

Askold Wilks, Docteur ès Sciences de l'Université de Limoges a vivement intéressé son public par son discours simple et accessible, sa mise à la portée de tous.
Toute plante qui pousse à l'état naturel a une importance et un impact sur le milieu qu'elle affectionne. Prenons l'ortie, son rôle dans la nature est de transformer l'excès d'ammoniaque en azote. En la détruisant on ne résout pas le problème de l'ammoniaque. En l'utilisant, elle résout par contre bon nombre de problèmes si on sait l'utiliser à bon escient. Dans la nature quand une plante comme l'ortie a terminé son travail de rééquilibrage du sol, elle disparaît et laisse la place à d'autres plantes.
« Le jardinage, c'est simple, c'est ne rien faire » explique Jean-Louis Vignaud. Comme nous avons pour la plupart de multiples tâches ailleurs qu'au jardin, nous en faisons notre devise !

Pourquoi acheter certaines plantes indigènes de nos régions à la jardinerie ? Prenons l'exemple des lysimaques qui poussent souvent naturellement dans les terrains un peu frais. Encore une de ces aberrations de l'homme : il faut qu'il paie pour que cela ait de la valeur.
Accepter, tolérer, cultiver et valoriser les plantes sauvages de nos régions est souvent plus simple que d'essayer à tout prix d'acclimater, de bichonner, d'hiverner des plantes inadaptées à nos régions et finalement, d'être souvent déçu par les résultats.

L'opération Rendez-Vous aux Jardins qui avait lieu le même week-end a aidé le public, parfois intimidé par le mot « arboretum », à entrer et à nous rejoindre. Certains sont même restés en toute amitié pour partager notre repas de midi : c'était une bien belle fête.
Le beau temps des jours précédant nous a permis de découvrir un arboretum au plus beau de ses floraisons et senteurs et c'était très bien parce que le thème retenu cette année par le ministère de la culture était le parfum.

« Il est des hommes qui font leur jardin et des jardins, qui font leur homme... » (Jean-Louis Vignaud)

Vendredi, ce sont les petits écoliers de Saint Maurice-des-Lions qui sont venus découvrir l'arboretum : 70 enfants, nous avions de quoi craindre... Mais finalement le respect des enfants pour la nature a de quoi impressionner certains adultes nettement moins conscients du monde qu'ils vont laisser aux générations suivantes.
Nous avons vraiment passé un très beau week-end, riche d'enseignements, à réapprendre à vivre le nez à ras le sol.

Retour en haut de page